Théâtre du Passage

accueil

la compagnie

le répertoire

les dates

les cours

les liens

contact

dossier du spectacle

Verlaine d'ardoise et de pluie

d'après le roman de Guy Goffette

adaptation et mise en scène : Richard Violante

avec : Alain Leclerc et Didier Buisson (accordéon)
création lumière : Sébastien Bochereau

L’auteur du roman, Guy Goffette, nous montre un Verlaine finalement peu connu « parce que, tout de même, un homme, c’est bien autre chose que le petit tas de secrets qu’on a cent fois dit. » C’est un regard d’ardoise et de pluie qui se pose sur ce poète qui a l’Ardenne infuse. Elle coule dans ses veines, comme du petit lait, verte et sombre comme le schiste sous la pluie. Nous découvrons l’homme, ses racines, ses immenses failles, ses errements, ses excès, ses douleurs. Verlaine vit sa dernière nuit et le passé remonte inévitablement. Alors il nous guide dans les recoins de son existence. Il se raconte par nécessité et par désir. Il se raconte avec la musique des mots, de la musique avant toute chose … Et tout le reste est littérature.

dossier du spectacle

Mémoires d'un rat

d’après le roman de Pierre Chaine

avec Jean-Noël Delétang
et Richard Violante

Ferdinand, mascotte d’un poilu, raconte la guerre des tranchées … C’est un récit vivant - avec des morts -, drôle - avec de l’émotion -, décalé - avec du bon sens en quantité -, humain enfin, comme un rat patriote peut l’être… Eh oui, car Ferdinand est un rat !
Laissez-vous prendre à ce témoignage unique rapporté par un authentique poilu, l’écrivain Pierre Chaine (1882-1963) qui, sous couvert d’humour, relate les épisodes de la vie quotidienne au front durant la Grande Guerre.

Lecture théâtralisée pour deux rats

la presse

dossier du spectacle

Berg et Beck

d’après le roman de Robert Bober

avec Richard Violante
et Didier Buisson (accordéon)
adaptation et mise en scène : Richard Violante
création lumière : Sébastien Bochereau

Berg et Beck avaient le même âge, habitaient la même rue, allaient à la même école et portaient la même étoile jaune sur la poitrine. Tous les deux rêvaient aux champions cyclistes découverts dans les pages du Miroir-Sprint ou sur les gradins du Vel d’Hiv. Le 16 juillet 1942, les policiers emmenèrent Beck et ses parents dans le vélodrome de ses rêves. Parce qu’on ne parla plus de lui, Beck ne manqua à personne. Tous l’oublièrent, sauf Berg. Devenu éducateur dans une maison d’enfants de déportés, Berg raconte à Beck les années qu’il n’a pas vécues. Est-ce Berg qui revoit son passé ou un regard universel qui se penche sur cette période douloureuse ? Peu importe. Ce qui compte avant tout, c’est de continuer à regarder pour ne pas oublier.
« Ce n’est pas parce que tu ne répondras pas que l’histoire va devoir se passer de toi. ».

la presse

Quel petit vélo à guidon chromé
au fond de la cour ?

lecture théâtralisée d'extraits du roman de Georges Pérec

avec Jean-Noël Delétang
et Richard Violante

Question existentielle ! Question essentielle ! LA question…
Quelle réponse Georges Pérec, cet écrivain amoureux des mots, créateur génial d’une prose aux multiples lectures, peut-il formuler ?
Les Choses, dont il est question ici, sont celles d’une époque, d’une vie française du début des Trente (pas si) Glorieuses. La Disparition est celle de cet appelé du contingent, Karatruc, qui veut à tout prix échapper à la guerre d’Algérie, aidé en cela par une bande de copains. Les Espèces d’espaces que l’on parcourt sont ceux de Paris, entre Montparnasse et Vincennes.
Bref, c’est La Vie mode d’emploi, une comédie aux accents tragiques écrite avec ce qu’il faut de registres différents, de clins d’œil, de jeux de mots, de métaphores et autres anacoluthes…
Comment ne pas enfourcher ce petit vélo et se laisser entraîner sans frein dans cette lecture à double braquet ?!

la presse

dossier du spectacle

Le fou-rire de la Joconde

d’après Hervé Le Tellier.

avec Jean-Noël Delétang et Richard Violante. Au piano, Jean-Paul Freslier. Création lumière, Sébastien Bochereau.

Hervé Le Tellier est un auteur contemporain, membre du mouvement l’OULIPO. Ce fidèle des Papous dans la tête, sur France Culture, a déjà publié romans, essais, nouvelles… Il excelle dans le texte court et plein de verve. L’un de ses sujets de prédilection est Mona Lisa, dite la Joconde, thème notamment de deux ouvrages également burlesques : Joconde jusqu’à cent et Joconde sur votre indulgence.
C’est avec volupté que le Théâtre du Passage s’est emparé de cette matière pleine de fantaisie pour composer "Le fou-rire de la Joconde". Ces variations très courtes sur Mona Lisa et Léonard de Vinci sont traitées de mille manières : celles des Tontons flingueurs, du recruteur, du dragueur, du lecteur de mangas, de Jean-Luc Godard, Sherlock Holmes, Bernard Pivot … L’humour est omniprésent, le rythme rapide, la succession de plans cinématographique... La mise en scène a adopté la même cadence pour vous offrir plus d’une heure d’éclats de rire et de folie.

video